"Des besoins pressants"

Après la pénurie à l'école où les agents de service en étaient réduits à récupérer çà et là des chutes d'essuie-tout pour approvisionner les toilettes, c'est le gymnase du Bon Air qui est atteint par la crise depuis quelques semaines.

 Après avoir pallié le manque comme ils pouvaient, à renfort de mouchoirs ou autres substituts en papier, les profs transportent maintenant dans leur sac de sport des rouleaux de papier hygiénique achetés sur leurs deniers !

 Bien sûr, ils ont transmis une demande urgente à la Mairie, et là, ils ont obtenu une réponse sidérante : "Le budget ne permet pas cette dépense dans l'immédiat..." Une question nous vient évidemment à l'esprit : l'état de nos finances est-il vraiment aussi bas ? N'a-t-on pas prévu une ligne de trésorerie pour anticiper les urgences ?

C'est vrai, il n'y a pas le feu, l'épidémie de gastro n'est pas encore là.

En tout cas, pour ce qui est des disponibilités du budget, il semble plus important de subventionner des manifestations pour "le paraître", que subvenir aux besoins...de nos petits et grands sportifs !